01/12/2007

Libéralisation: énergie moins chère pour les communes et pas pour la population?

L’idée du PTB d’une société publique d’achat d’énergie fait des émules du côté de certains pouvoirs publics. Mais pas dans l’intérêt des travailleurs. Explications.

François Ferrara
31-01-2007

En 2007, le prix de distribution de l’électricité va augmenter de 11 % à Bruxelles et de 15 % en Flandre. Le prix, en Wallonie, devrait rester stable. (Photo archives)


La libéralisation du marché a des conséquences néfastes, pas seulement pour les travailleurs, mais aussi pour les administrations. La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) vient de publier un rapport1. Elle y indique que le prix de distribution de l’électricité va augmenter en 2007 de 11 % à Bruxelles et de 15 % en Flandre. Le prix, en Wallonie, devrait rester stable. Il est à noter que l’augmentation est la plus forte en Flandre, vu que la libéralisation est plus ancienne, ce qui nous montre ce qu’il adviendra en Wallonie et à Bruxelles.

M. Schroyen, échevin des Finances de la Ville de Liège annonce que la libéralisation du marché de l’énergie coûtera un million d’euros aux finances communales2, donc aux travailleurs. La ville de Namur a déjà annoncé qu’elle financerait cette augmentation par une nouvelle taxe. Devant ce problème pour les administrations, l’intercommunale Igretec3 a proposé à ses 68 communes affiliées de créer une centrale commune d’achat4, mais, malheureusement, pas dans l’intérêt des travailleurs car ceux-ci ne seront pas concernés.

Si c’est possible
pour les communes…

Jean-Jacques Cayeman, directeur financier d’Igretec déclare : « L’objectif est de se réunir, de passer un marché en commun pour obtenir de meilleurs prix auprès des fournisseurs. Non seulement, nous pourrons tirer des avantages financiers, mais aussi réaliser des économies d’échelle dans le domaine administratif.5 » Il estime gagner, dans un premier temps, 12 % d’économie par rapport aux prix du marché. Cette centrale d’achat concerne 68 communes wallonnes affiliées à Igretec. 58 ont déjà donné leur accord, ainsi que certaines zones de police, des CPAS et la Province du Hainaut. Jean-Jacques Cayeman proclame aussi ceci : « Cette centrale se chargera en effet de réaliser les cahiers des charges pour les conventions, de gérer et suivre la consommation des communes, de les analyser, de contrôler les factures, de construire des dossiers pour obtenir des subsides dans le cadre de politiques énergétiques. Pour les communes, c’est un gain en savoir-faire, en compétences techniques ».

… pourquoi pas pour les gens ?

Les travailleurs sont totalement mis à l’écart par cette centrale d’achat. Par l’intermédiaire de l’Igretec, société financée par les deniers publics, donc par le portefeuille des travailleurs, les décideurs politiques de Wallonie montrent bien leur intention de laisser aux petites gens le soin d’alimenter les bénéfices des sociétés privées de distribution des énergies.

Il est dommage que l’idée du PTB de créer une société publique d’achat des énergies soit reprise seulement pour les administrations – donc pour diminuer uniquement les frais des pouvoirs publics – et pas pour l’ensemble du peuple !

 

1 La Dernière Heure, 20 janvier • 2 La Meuse, 17 janvier • 3 Intercommunale pour la gestion et la réalisation d’études techniques et économiques • 4 La Dernière Heure, 20 janvier • 5 Idem

À La Louvière, le cdH rejoint la position du PTB

La question de la facture énergétique a été abordée au conseil communal de La Louvière, ce 22 janvier. La libéralisation de l’énergie y représente une charge supplémentaire de 472 000 euros par an (+ 76 %) pour les finances communales. Les habitants vont donc payer doublement cette libéralisation : une fois pour leur facture personnelle, une seconde via les impôts communaux. Le chef de groupe cdH est intervenu au conseil pour défendre la proposition que Jan Keijzer avait formulée en commission : créer une agence communale de l’énergie qui ferait un appel d’offre pour un achat groupé d’énergie à destination de la commune et de ses habitants. « Chaque année, cela pourrait faire une économie moyenne de 200 euros par ménage », a précisé Jan Keijzer. [M.V.H.]



Réactions

1.Petit P. (6 février 2007)

"M. Schroyen, échevin des Finances de la Ville de Liège annonce que la libéralisation du marché de l’énergie coûtera un million d’euros aux finances communales2, donc aux travailleurs"......
"Devant ce problème pour les administrations, l’intercommunale Igretec3 a proposé à ses 68 communes affiliées de créer une centrale commune d’achat4, mais, malheureusement, pas dans l’intérêt des travailleurs car ceux-ci ne seront pas concernés."

N'y at'il pas, dans ce texte une contradiction majeure ; D'une part, il y est dit que toute augmentation du prix de l'énergie payée par les communes se fera sur le dos des travailleurs, ce qui est exact ou à peu près, mais d'autre part, quand des communes ou une intercommunale telle que Igretect3 tentent d'éviter ces augmentations, l'auteur regrette que le travailleur n'en profite pas et n'y est pas concerné !!! Il faut quand même être logique ! Si les travailleurs casquent en fin de compte les augmentations payées par les communes, il "profite" à l'inverse du fait que les communes pourraient éviter ces hausses. De plus, cette démarche de
certaines communes ou intercommunales est un pas dans la bonne direction. Aux travailleurs de réclamer, eux aussi, ce dont les communes bénéficient ou pourraient bénéficier, non ??


2.François F. (6 février 2007)

Bonjour M Petit,
Comme je suis l'auteur de cet article, je me dois de vous répondre. Il n'y a aucune contradiction dans cet article : mon but n'est pas de dénoncer le fait qu'IGRETEC tente de faire diminuer les factures pour les administrations ce qui, je l'espère, devrait diminuer la taxe additionelle que la population va devoir régler afin de supporter le coût énergétique public (ce qui n'était pas le cas avant la libéralisation) mais que dans ce cas précis (création de société publique d'achat)les pouvoirs publics oublient de le faire pour le simple citoyen.
En bref, mon idée est celle-ci : SI ils peuvent créer une société publique d'achat pour les administrations, ils peuvent le faire pour les travailleurs ce qui est la revendication principale du PTB (donc des travailleurs) à ce sujet.
Lorsque vous dites "Aux travailleurs de réclamer, eux aussi, ce dont les communes bénéficient ou pourraient bénéficier, non ??" c'est exactement ce que le PTB fait en réclamant la création d'une société publique d'achat (voir notre revendication aux dernières élections communales).
J'espère que cette réponse vous a quelque peu rassuré.
François F.


3.Elsen (24 février 2007)

Bonjour,
Globalement j'entends que l'électricité va couter plus cher, pour les particuliers comme moi auxquels on supprime le tarif trihoraire mais aussi pour les communes (je suis d'ailleurs étonné que nos mandataires ont l'air de découvrir ce problème)
Ma question est simple:
Qui va profiter financièrement de cette augmentation?

19:09 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.