04/12/2007

La mafia des toilettes ...

Etes-vous parti en vacances en auto, cet été? Il y a gros à parier que vous vous êtes arrêté dans l'un des restoroutes de Carestel. Où les madames pipi sont des hommes travaillant à un euro de l'heure.

Thomas Blommaert
02-08-2006

«Vous offrir un délicieux moment de repos. Telle est notre passion. Faites votre choix, profitez de votre liberté et concoctez-vous un menu délicieux.» C'est ce qui figure sur le site de Carestel, un groupe coté en Bourse qui s'occupe de bouffe rapide le long des autoroutes. En Belgique, la firme compte 31 de ces restaurants.

Mais Carestel ne s'occupe pas que de bouffe, il s'est également spécialisé dans les «arrêts sanitaires» des autoroutes belges. Qu'il vous faille faire votre grande à Nivelles ou votre petite à Waremme, la cuvette qui accueillera votre trop-plein sera à coup sûr une Carestel. Quant à dire si ce moment de repos sera délicieux, on peut se le demander. L'entreprise sous-traite ses toilettes à la mafia allemande des toilettes.

La mafia des toilettes? Ouais, une entreprise qui rachète massivement des concessions de toilettes d'autoroutes et y emploie une main d'uvre ridiculement bon marché en provenance de l'ancienne Allemagne de l'Est. L'an dernier, des perquisitions en Allemagne ont permis aux enquêteurs de découvrir que la firme se faisait ­ par jour! ­ entre 2000 et 4000 euros d'argent pipi de bénef par aire de stationnement.

Le journal De Morgen s'est entretenu avec une de ces «madames pipi», un Allemand ­ car la quasi-totalité de ces personnes sont des hommes ­ d'origine russe. «Nous travaillons chaque fois quatre semaine d'affilée, sept jours par semaine, raconte-t-il. Puis, nous avons deux semaines de congés et nous retournons un petit temps en Allemagne.» Son contrat montre noir sur blanc ce qu'il a «gagné»: 450 euros brut par mois. 28 jours de travail,15 heures par jour, soit un peu plus d'un euro de l'heure.Réaction de Carestel: «Nous sous-traitons nos toilettes, nous n'avons donc rien à voir directement là-dedans. Nous ne sommes pas des inspecteurs sociaux.»

20:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.