06/12/2007

Si on ne peut même plus faire grève...

Zaventem :: Procès après une grève à l’aéroport

Beaucoup de monde à l’audience du 3 décembre, où l’affaire a été reportée au 21 janvier. On y a appris que les grévistes et les syndicats devraient payer chacun 700 000 euros si les plaignants obtenaient gain de cause.

Johnny Coopmans
05-12-2007

« Un client adresse sa réclamation au prestataire de service, pas à son personnel », a déclaré Jan François (au milieu), responsable national du secteur. (Photo Solidaire, Johnny Coopmans).

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Suite à une grève en avril dernier, l’avocat Cafmeyer a raté son vol. Furieux, il a téléphoné aux quatre coins du pays et retrouvé 272 autres personnes qui ce jour-là s’étaient rendues pour rien à Zaventem. Lundi dernier, ils étaient donc au tribunal pour réclamer des dommages et intérêts à 48 grévistes et 2 responsables syndicaux de Transcom, le syndicat chrétien des transports : Jan François, permanent national du secteur, et le président Marc Van Laethem.

Jan François : « Au cours de l’année qui a précédé la grève, il y a eu plus de 150 assemblées à l’aéroport pour trouver une solution à des situations intenables. C’est alors que le personnel, exaspéré, est passé à l’action. Dans le mois qui a suivi la grève, trois directeurs, qui avaient du mal à communiquer avec les syndicats, ont été licenciés.

Ce procès nous mène vers des situations à l’américaine. Logiquement, un client adresse sa réclamation au prestataire de services et non à son personnel. Mais le pire, c’est que l’avocat a recruté des clients via un site web, ce que le code déontologique interdit. Par ailleurs, tout le monde sait que les actuels négociateurs du gouvernement ont mis à l’ordre du jour un service minimum. Outre des individus, les syndicats en tant que tels ont également été assignés. Cela va dans le sens de donner une personnalité juridique aux syndicats. »

Même son de cloche du côté de la FGTB. Trois secrétaires fédéraux (Vandaele, Copers et Vanlancker) étaient au procès, aux côtés de Philippe Richard, président de la CGSP Voies aériennes. « C’est un dangereux précédent, une attaque en règle contre le droit de grève. »

10:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Commentaires

socialisme ou barbarie? dans ce cas c'est clairement la barbarie capitaliste qui prime...et au vu de tout ce qui se trame au niveau européen, cela ne risque pas de s'arranger avec le temps.
contrairement à ce que la presse de droite répand comme rumeurs, les syndicats se de plus en plus muselés et par la même les droits des travailleurs sont bafoués sans vergogne.
bottons leur le cul à ces chiens d'impérialistes!
qu'ils étouffent donc en masse à noël avec leur caviar, c'est tout ce qu'on peut leur souhaiter.

Écrit par : Gregg Le Rouge | 06/12/2007

Les commentaires sont fermés.