07/12/2007

Parlement européen • Les grands partis sont hypocrites à propos du groupe fasciste ...

Depuis le 15 janvier 2007, un groupe fasciste existe au Parlement européen. Le Vlaams Belang en fait partie. Le député européen Athanasios Pafilis, du Parti communiste de Grèce, nous donne son opinion.

Tony Busselen
14-02-2007

Que signifie pour vous la formation de ce groupe fasciste au Parlement européen ?

 

Athanasios Pafilis. La montée des partis fascistes dans plusieurs pays européens résulte d’une politique antipopulaire de l’Union européenne et des gouvernements nationaux. La politique capitaliste brutale, combinée aux vagues de propagande anticommuniste laisse la voie libre à la diffusion et à l’influence croissante des idées fascistes parmi les couches les plus pauvres de la classe ouvrière. Les prétendues inquiétudes des partis conservateurs et sociaux-démocrates quant à la montée d’un groupe fasciste au Parlement européen sont hypocrites. Après 1990-1991, ils ont voulu récrire l’histoire et ils ont mené campagne pour mettre le fascisme et le communisme sur le même pied.

Dans certains pays comme les pays baltes, les criminels fascistes ont déjà été réhabilités publiquement. En Lettonie, par exemple, où a eu lieu le sommet de l’Otan, les membres de la Waffen-SS sont présentés comme des combattants pour la liberté. Ceux qui ont combattu le fascisme y sont désormais poursuivis et l’Armée rouge soviétique y est appelée armée d’occupation. En Hongrie, le gouvernement avait désigné l’ancien général qui avait combattu aux côtés des nazis pour préparer les célébrations du 50e anniversaire de la contre-révolution de 1956.

 

Le 26 octobre, le Parlement européen a approuvé une résolution1 condamnant l’idée même du communisme. Y a-t-il un lien entre la montée du groupe fasciste et cette attaque anticommuniste au sein du Parlement européen ?

Athanasios Pafilis. Oui. Le Parlement européen a approuvé une résolution (avec l’appui des chrétiens, des socialistes, des libéraux et des verts) qui prétend que l’occupation de l’Europe centrale et de l’Est s’est poursuivie après la défaite du fascisme en 1945. Ces forces politiques invitent les gens à condamner le communisme, exactement ce qu’ont plaidé les fascistes durant des décennies.

N’empêche que l’idéologie communiste a engendré les plus grandes révolutions sociales et qu’elle les engendrera encore, puisqu’elle se bat pour une société libérée de l’exploitation de l’homme par l’homme.

1 http://www.no2anticommunism.org/docs/anticom_record_2006....

Une fraction avec le Vlaams Belang et le Front National grâce à l'extrême droite roumaine

Pour constituer une fraction au sein du Parlement européen, les partis participants doivent avoir au moins 19 représentants de 5 pays différents. Pour l’extrême droite, la chose est devenue possible quand, avec l’accession de la Roumanie à l’UE, cinq membres de Romania Mare (parti d’extrême droite) sont entrés au Parlement. Ils ont ainsi rejoint le FN français de Le Pen (7), le Vlaams Belang (3), quelques représentants d’Alleanza Nazionale (Italie), l’UK Independency Party (Grande-Bretagne), le Parti de la Liberté FPO (Autriche, 1) et Ataka (Bulgarie). Plusieurs membres de cette fraction sont des négationnistes et/ou des racistes extrémistes.

11:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.