15/12/2007

Voka : Régionaliser pour faire de la Flandre et de la Wallonie des agences d'intérim ...

Pourquoi l’organisation patronale flamande Voka veut-elle exercer une emprise sur le marché de l’emploi et surtout le régionaliser ?

Herwig Lerouge
12-12-2007

L’organisation patronale flamande Voka craint que, d’ici peu, il n’y ait trop peu de monde sur le marché de l’emploi. Non qu’elle estime que davantage de gens devraient avoir un boulot décent. Au contraire, ce qu’elle veut, c’est plus de demandeurs d’emploi, tout simplement. Plus ces derniers seront en concurrence mutuelle pour les mêmes emplois, plus les patrons pourront comprimer vos salaires et accroître leurs bénéfices.

Dans leur mémorandum pour le futur gouvernement, daté du 23 mai 2007, les patrons flamands révèlent comment ils veulent obtenir plus de demandeurs d’emploi.

• En supprimant la prépension et en gardant les plus de 55 ans licenciés dans le circuit de l’emploi.

• En rendant plus difficile l’obtention d’une carrière complète de sorte qu’on soit bel et bien obligé de bosser jusqu’à 65 ans. Les périodes de chômage ne compteront plus pour le calcul de la pension.

• En maintenant les pensions à un niveau très bas afin même d’encourager les plus de 65 ans à chercher des boulots d’appoint.

• En remettant les chômeurs le plus vite possible sur le marché de l’emploi : en les « activant », comme ils disent. C’est ce que vise la Voka en voulant limiter les indemnités de chômage dans la durée et en les réduisant plus rapidement.

• En supprimant les indemnités d’attente pour les jeunes.

Quel genre d’emplois la Voka prévoit-elle pour toutes ces personnes ?

Si un jeune ayant quitté l’école ne reçoit plus d’indemnités d’attente, si un chômeur risque de retomber bien vite sous le CPAS et si un pensionné reçoit une pension trop faible… ils vont devoir accepter tout boulot qui se présente. La Voka organise la concurrence entre travailleurs afin de procéder à un détricotage sans précédent des droits de ceux qui ont encore du travail. Voici ce dont rêve la Voka :

• L’extension du système des chèques services.

• La généralisation des boulots d’intérim. Raccourcir les délais de préavis. Ceux qui ont du travail doivent pouvoir être licenciés plus rapidement. Et les travailleurs doivent être à la disposition de leur patron jour et nuit.

• Les heures supplémentaires ne font plus l’objet d’un sursalaire mais sont payées comme des heures normales. Le temps de travail total est fixé sur base annuelle.

• Les salaires et les conditions de travail à la baisse. Terminé, les conventions collectives de travail par secteur (CCT), mais de préférence des accords d’entreprise uniquement. Pour chaque travailleur, un salaire différent. De la sorte, chaque travailleur se retrouve seul lors de l’établissement de ses conditions de salaire et de travail.

11:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.