20/01/2008

Comment (bien) manger sans se ruiner ?

Coût de la vie :: Ce que montre la dernière enquête statistique

« Avant, pour 80 euros, je faisais les courses de la semaine. Aujourd’hui, il m’en faut presque 100. » Les produits alimentaires coûtent de 2 à 12% plus cher. Et ce sont les ménages à plus bas revenu qui en souffrent le plus. Que faire ?

Alice Bernard
05-09-2007

Friterie

Faut-il laisser les gens trouver des astuces pour manger moins cher ou pousser le gouvernement à prendre des mesures de limitation des hausses de prix ? (Photo Solidaire, Salim Helallet)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Tout augmente : après les carburants et l’immobilier, c’est au tour des produits de base, surtout alimentaires. Le lait (+ 10%), les oignons (+ 15%), les œufs (+ 13%), la farine (+ 9%), mais aussi l’assurance-auto (+ 8%), les frais bancaires (+ 8%),… Pour la plupart, il s’agit de produits dont on a besoin au quotidien.

Certaines marchandises sont cependant à la baisse : les télés couleurs, les lecteurs/graveurs DVD, les caméscopes ou encore les appareils photo. Le genre d’achats qu’on ne fait pas tous les jours.

En résumé, l’indispensable augmente, le superflu diminue.

Et surtout, nos salaires ne suivent pas. Car, suite à différents mécanismes, l’index est appliqué avec retard (il faut souvent attendre un an). Et les patrons essayent d’imposer des normes salariales à chaque négociation.

Toutes ces augmentations de prix pèsent très lourd, surtout dans les ménages à bas revenu. La toute dernière enquête sur le budget des ménages réalisée par l’institut des statistiques1 montre qu’en 2005, les ménages les plus pauvres consacraient 78,5% de leur budget pour les besoins de base. Tandis que les ménages les plus riches dépensaient 60,5% de leur budget pour les mêmes postes.

Part dans le budget (en %)

Les plus pauvres

Les plus riches

Alimentation
17,11
14,22
Logement
39
19,4
Eau, gaz, électricité
7,68
4,81
Santé
5,16
3,75
Transports
9,53
18,56

Total

78,5

60,5

L’écart est criant. Et avec toutes les augmentations qui sont arrivées ces derniers mois, il est clair que les fins de mois sont de plus en plus difficiles pour de nombreux portefeuilles. D’autant plus que le pain à 2 euros ne représente pas la même chose pour un jeune ouvrier débutant qui touche 1000 euros par mois que pour un manager qui empoche chaque mois 100 000 euros.

Alors, comment (bien) manger sans se ruiner ?

Aller dans des magasins moins chers, faire la chasse aux bons de réduction, manger moins de fruits et légumes, cultiver soi-même des patates,… chacun a sa ou ses solutions. Mais au fond, alors que nous produisons toujours plus de richesses dans nos pays prospères, pourquoi devrions-nous nous priver ? N’y a-t-il rien d’autre à faire ? N’est-il pas grand temps que le futur gouvernement inscrive dans son futur programme des mesures pour faire en sorte que tout le monde puisse manger sans se ruiner? Voici quelques suggestions:

• Appliquer un prix maximal aux produits alimentaires, et surtout aux produits de première nécessité.

• Instaurer une liaison effective des allocations sociales (chômage, maladie, invalidité, pension,…) à la prospérité de l’économie (ce qu’on apelle la liaison au bien-être).

• Augmenter les salaires minimaux.

 

1 http://www.statbel.fgov.be/figures/download_fr.asp#dec

19:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Commentaires

quelques gestes: proposition Lundi: n'achetez RIEN chez AUCUN commerçant
Mardi: n'aller pas manger au restaurant
Mercredi: n'achetez pas d'essence
Jeudi: entre 19h50et 20h eteignez toutes vos lampes, tv, ...
Vendredi: N'acheter rien dans les grandes surfaces (ce jour là faites vivre les petits commerçants!)

Si qqn a une idee...

Écrit par : citoyen 2008 | 05/02/2008

Les commentaires sont fermés.