17/05/2011

Nouvelle astuce de Leterme : démolir l’index sans en avoir l’air

 

Nouvelle astuce de Leterme : démolir l’index sans en avoir l’air

Sarkozy et Merkel réclament une modération salariale généralisée en Europe. Pour eux, l’index doit disparaître. Pas question, dit Leterme. Mais sommes-nous vraiment à l’abri ?

Alice Bernard

A chaque négociation interprofessionnelle, le patronat essaie de se débarrasser de l’indexation automatique des salaires (voir cadre ci-joint). Ces dernières semaines, il a reçu un fameux coup de main : l’Union européenne réclame une politique d’austérité et de modération salariale généralisée en Europe, ce qui suppose la suppression du système d’indexation automatique des salaires. Thomas Leysen (FEB) s’en réjouit : « La Banque centrale européenne veut se débarrasser depuis longtemps du mécanisme de l’index. Maintenant l’Allemagne se range à ce point de vue. (...) Nous avons convenu avec les syndicats de ne pas toucher à l’index dans les deux prochaines années. Mais de commander une étude sur les effets des prix de l’énergie sur l’index. »

Le gouvernement Leterme, qui sait qu’il doit tenir compte des sensibilités sociales, a déclaré qu’il n’était pas question de toucher à l’index et qu’il fallait laisser la Belgique régler les choses à sa façon. Admirez la subtilité : le gouvernement ne demande pas d’étude sur l’index. Il ne remet d’ailleurs absolument pas en question le principe de l’indexation des salaires. Par contre, il est convaincu que l’inflation élevée est un problème. Et c’est là que la Banque nationale entre en scène. « Nous sommes entrés dans une période d’augmentation durable des prix des matières premières. La Belgique doit faire attention à deux choses : réduire sa consommation d’énergie (…) ; et revoir les mécanismes de formation des prix et des revenus afin de préserver la compétitivité des entreprises » a déclaré Guy Quaden, gouverneur de la Banque nationale.

Gouvernement et patronat ont déjà imposé, en 1994, l’indice santé, c’est-à-dire un index qui ne tient pas compte du prix du tabac, de l’alcool, de l’essence et du diesel. Ce qui permet de dire que les 0,3% d’augmentation de salaire qui sont sur la table aujourd’hui constituent en fait une diminution du pouvoir d’achat des travailleurs, car la flambée des prix des carburants dépasse de loin les 0,3%. Depuis, on a eu l’index lissé, qui retarde de 4 mois l’adaptation des salaires et allocations.

Maintenant, puisque les prix de l’énergie représentent la moitié de l’inflation, on parle de plus en plus d’index « vert » ou « intelligent ». L’idée consiste à retirer les prix de l’énergie de l’index ou d’en réduire le poids dans le système. Certains, dont le ministre Magnette (PS) proposent un contrôle des prix. Mais l’exemple hollandais qu’il veut suivre n’a pas réussi à calmer les hausses de prix (voir Solidaire du 24 février). Et la Banque Nationale pourra faire des suggestions pour « revoir les mécanismes de formation des prix et des revenus », c’est-à-dire modifier profondément le mécanisme de l’index, ce que demandent les patrons et l’Union européenne. La boucle est bouclée.

L’index, patrimoine national

L’indice des prix à la consommation, ou index, mesure l’évolution des prix d’un panier de biens et services, achetés par les ménages, et censé être représentatif de leur consommation. En Belgique, grâce aux combats des travailleurs, chaque fois que l’index augmente de plus de 2%, les salaires et les allocations sociales sont automatiquement adaptés. L’indexation automatique des salaires est donc une compensation de la perte du pouvoir d’achat, et pas une augmentation salariale. Ce système existe aussi au Luxembourg, à Chypre et à Malte. S’il n’y avait pas d’indexation automatique des salaires et des allocations sociales, nous perdrions chaque année 3 % de notre pouvoir d’achat. L’index a permis de maintenir le pouvoir d’achat et le niveau de la consommation intérieure, donc l’activité des entreprises et des commerçants.

13:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.