27/01/2012

étude de MPLP dans Le Soir

 
BELGIQUE: MPLP: les études, les enquêtes, le sérieux des médecins du Ptb, en écho dans “Le Soir”, cette fois ... !
RoRo
 
 
Sent: Thursday, January 26, 2012 8:28 PM
 
Subject: étude de MPLP dans Le Soir
 
Bonjour
 
MPLP La Louvière à l’honneur dans la presse
 
Subject: étude de MPLP dans Le Soir
 

Le Soir 26/1/2012

Le licenciement pousse au suicide

 

Ls 26/1

TROIS QUESTIONS AU DOCTEUR KEIZER

 

Dr Jan Harm Keizer, vous gérez la maison médicale du réseau Médecine pour le Peuple (PTB), à La Louvière. Vous attendiez vous à ces résultats ?

Pas à ce point. C’est très interpellant, même si le profil de notre patientèle n’est pas représentatif de la population globale. La crise induit manifestement une fragilité psychologique qui exige une adaptation de la prise en charge médicale.

Concrètement, que doit faire le médecin ?

S’inquiéter davantage de la stabilité professionnelle de son patient. Oser lui demander s’il lui arrive de penser à la mort, au suicide. Nous n’y sommes pas formés, mais c’est une démarche de prévention essentielle, vu le constat de l’étude. D’autant plus que la situation risque de s’aggraver avec la limitation des prépensions, qui ne va guère améliorer le taux de chômage des jeunes.

Le système de santé doit aussi s’adapter…

Notre maison médicale offre les services d’une psychologue. Il faut faciliter l’accès aux soins de santé mentale de proximité. La Belgique se distingue par son parc impressionnant de lits psychiatriques  hospitaliers… et par un taux de suicide record. Ce n’est manifestement pas la bonne formule.

 

PROPOS RECUEILLIS PAR R. G.

 

Plus de 400.000 personnes pensent au suicide, chaque année, en Belgique. Et 2.000 y laissent la vie, bon an mal an… On savait évidemment que les idées noires germaient davantage dans l’esprit de personnes précarisées sur le plan social, familial, affectif. On sait désormais qu’un travailleur licencié est quatre fois plus exposé aux tendances suicidaires. C’est le constat dressé par deux jeunes médecins, dans le travail de fin d’études qu’ils ont déposé à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), à l’Université catholique de Leuven (KUL) et à l’Université d’Anvers.

L’étude de Filip Vanderoost et Susan Van der Wielen, médecins généralistes, porte sur 377 patients qui fréquentent les maisons médicales du PTB, à La Louvière et à Deurne… Essentiellement des travailleurs actifs dans le secteur du nettoyage, de la construction ou des métiers techniques.

« Nous avons voulu vérifier si les menaces qui pèsent sur l’emploi de ces travailleurs modestes affectaient leur santé, commente  le Dr Vanderoost. Les chiffres ne mentent pas : 20 % de ces patients actifs craignent de perdre leur emploi… Et parmi eux, 28 % ont pensé au suicide, au cours de l’année écoulée. Si on s’en tient aux patients effectivement licenciés, le pourcentage de ceux qui ont éprouvé des idées suicidaires monte à 36 %. »

Grave ? Selon l’enquête nationale  de santé, 4 % de la population belge a pensé au suicide au cours de l’année écoulée…

« L’échantillon de patients licenciés que nous avons étudié est donc dix fois plus enclin aux tendances suicidaires… Mais il faut rester prudent dans l’interprétation de ces chiffres car la patientèle des maisons médicales est plus précarisée, socialement, que la population globale », nuance le Dr Vanderoost. C’est la comparaison des divers groupes au sein de la patientèle étudiée qui est pertinente, scientifiquement : les pensées suicidaires affectent :– 36 % de ceux qui ont été licenciés ; – 28 % de ceux qui craignent pour leur emploi ; – 19 %de ceux qui ont été confrontés à un licenciement dans leur entourage ; – 10 % de tous les autres.

« La crise, à travers les pertes d’emploi, alimente manifestement les pensées suicidaires de ces patients, insiste Filip Vanderoost, mais nous devons encore vérifier l’impact potentiel d’autres facteurs… C’est l’objet d’une étude affinée qui sera publiée dans le Journal of Social Science and Medicine. »

 

RICARDOGUTIÉRREZ

 

Dr. Dirk Van Duppen

1-15509-18-004
St. Rochusstraat 57-59
B-2100 Deurne           België
tel: 03.320.85.20 (praktijk), 03.322.92.42 (thuis)
Fax: 03.482.01.03
GSM: 0473.562106
e mail: dirk.vanduppen@gvhv.be
www.dirkvanduppen.be

 

21:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.