14/11/2007

Précarisés ...

Il est révoltant de voir qu’en Belgique il y a de plus en plus de gens qui se retrouvent sous le seuil de pauvreté et que tout se fait ressentir comme une volonté politique pour canaliser la population dans ses plus bas retranchements. Les services de médiation totalement inefficaces, sans aucun pouvoir juridique, vous décortiquent dans votre intimité et en fin de compte, dans certains cas, aggravent la situation plutôt qu’ils ne la solutionnent. Enfin il serait long de s’étendre sur tous les paramètres qui vident les poches des citoyens… Mais tous, à plus ou moins longue échéance, sommes appelés à rejoindre les rangs de ces précarisés.

Pilois, www.solidaire.org

dans Solidaire du 24/01/2007

13:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Libéralisation de l’énergie ...

Nous avons franchi le pas, nous avons quitté Electrabel pour Luminus, histoire de jouer le jeu, d’aller voir si l’herbe ne serait pas plus verte ailleurs. Pourquoi pas, au fond, puisque c’est maintenant possible. Nous avons envoyé notre nouveau contrat Luminus avant le 30/11/2006, afin de profiter dès le 01/01/2007 d’une nouvelle tarification, mais, patatras, Luminus nous confirme par écrit qu’ils ont changé « la donne » pour cause de retard dans la gestion des nouveaux clients, en ce sens qu’ils ont décidé d’avancer la date pivot du 30/11 au... 16/11 pour la clôture des contrats. On se retrouve donc pendant les deux premiers mois de 2007, sous l’escarcelle d’un fournisseur « par défaut » donc plus cher car le moins intéressant (probablement Customer service d’Electrabel). Manque de respect pour les nouveaux clients. De plus, nous avons demandé nos paiements par virement, et on nous a attribué un paiement par domiciliation, ce que nous avons fait rectifier ! Soyez attentifs, et surtout, un bon conseil, ayez le courage de lire les documents que l’on vous envoie, dans votre intérêt ! À suivre

Futura, www.solidaire.org

 

Par la présente, je désire vous mettre au courant des agissements de la société Essent en ce qui concerne la libéralisation du marché de l’électricité.

J’ai signé un contrat d’approvisionnement en électricité chez Essent par internet en date du 30/10/2006. Quelques jours plus tard, j’ai reçu une confirmation de mon inscription. Le 7/12/2006, je recois un courrier d’Essent m’informant que tout est en ordre et que mon fournisseur actuel leur a confirmé mon transfert pour le 1/1/2007. Tout semblait parfait jusqu’à hier où j’ai reçu un nouveau courrier d’Essent daté du 11/1/2007 m’informant qu’il n’est pas possible pour des raisons indépendantes de leur volonté d’être approvisionné par Essent au 1/1/2007 mais que je le serai à partir du 1/3/2007. Bien sûr, entre temps, je serai repris par le fournisseur désigné qui dans mon cas est Luminus. D’autres personnes ayant fait leurs inscriptions tout comme moi, ont reçu également ces deux courriers contradictoires. Tout laisse à penser qu’un des deux courriers est un faux. Lorsque je contacte Essent, pour eux, c’est le dernier courrier qui compte, je trouve cela un peu trop facile. Ils ne sont pas non plus disposés, pour l’instant, à prendre en charge la différence de tarifs entre Luminus, qui devient mon fournisseur pour janvier et février 2007, et Essent. J’ai téléphonné plusieurs fois et insisté pour que mon contrat soit honoré, mais rien à faire, les téléphonistes sont drillés pour ne dire que ce qu’ils peuvent tels des automates. Quand ils n’ont pas de réponses à donner, c’est toujours la même chose qui ressort : « C’est le dernier courrier qui compte, on n’a pas d’autres infos. »

Bien sûr, légalement, nous sommes en droit de résilier le contrat pour non respect, mais cela n’arrange personne puisqu’il est trop tard pour changer et être approvisionné au 1/1/2007. On était déjà le 16/1 à la réception du courrier d’Essent.

Est-ce une solution de faire un regroupement de consommateur pour assigner Essent en Justice ?

En parlant autour de moi, il y a encore plus grave. Certaines personnes qui ont signé leur contrat tardivement ne peuvent selon la réglementation être approvisionnés par le nouveau fournisseur qu’ils ont choisi qu’à partir du 1/3/2007. Tenez vous bien, dans ce cas Essent fait fort, ils envoient un courrier à ces futurs clients pour les informer qu’ils seront peut-être client Essent au 1/3/2007 mais qu’en cas de problèmes, ils le deviendront à la fin du contrat avec leur fournisseur actuel ! C’est-à-dire à partir du 1/1/2008.

Tout ceci m’interpelle et que font les politiques ? Ils menacent les fournisseurs d’amendes, mais qu’en est-il des clients qui devront payer leur électricité plus cher, et à un fournisseur qu’ils ont été contraints de choisir par les agissements d’Essent mentionnés ci-dessus.

Pour que les choses changent, il faut en parler et surtout inciter les gens à se manifester.

Marc Guiot, par mail

 

Cette fois-ci, la coupe est pleine ! Le gouvernement nous gruge lorsqu’il prétend que la libéralisation des énergies est une économie pour le citoyen. Non seulement nos factures ne diminuent pas, comme le dit M. Schroyen échevin des finances à la Ville de Liège dans La Meuse du 17/01/07, mais il va falloir aussi financer la consommation publique. La ville de Namur a déjà annoncé que cela pourrait se faire par une nouvelle taxe. Facture en hausse + nouvelle taxe, le peuple servira encore une fois à financer les bénéfices d’actionnaires privés. Belle démocratie !

Pourtant, il existe des solutions pour empêcher que l’énergie ne devienne un luxe qui grève de plus en plus les ménages belges. Les propositions PTB+ aux dernières élections communales sont une voie à suivre :

1) L’énergie est un bien de consommation de base au même titre que la nourriture ou l’eau, la TVA doit donc passer de 21 % à 6 % (n’en déplaise à notre ministre des Finances), nous aurions donc une diminution nette de 15 %.

2) En créant une société publique d’achat (le processus de libéralisation ne peut être revu car c’est une directive européenne des accords de Lisbonne) qui pourrait acheter l’énergie au prix de gros. Le citoyen en retirerait un avantage conséquent (+/– 200 euros par an). De plus, cela serait créateur d’emplois publics car il faudrait engager du personnel pour gérer cette société.

Mais suivre cette voie empêcherait les bénéfices des sociétés de gonfler, ce qui, visiblement, ne plaît pas à nos décideurs politiques.

De plus en plus de travailleurs éprouvent d’énormes difficultés à survivre, il est grand temps d’en tenir compte.

François F., Liège

dans Solidaire du 24/01/2007

13:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Quotidien à La Poste ...

 À part travailler et se taire, que faut-il faire ? Il n’y a qu’à La Poste que l’on voit cela... On est considéré comme de la m... On commence à 5 h du matin et on termine vers 15 h sans la moindre pause tellement il y a du boulot et tout cela payé 7 h 36, bien évidemment. Et chaque jour on recommence... Après on s’étonnera de l’absentéisme... Mais on souffle quand à La Poste ? Et toujours la même chose : des tournées sur lesquelles on crève et d’autres où on a « la belle vie ». J’ai mal au dos mais je m’accroche... jusque quand ? 1 200 euros net par mois pour prester 50 heures semaines par tous les temps à soulever des charges lourdes, pourquoi se plaindre ?

P., www.solidaire.org

dans Solidaire du 17/01/2007

13:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |